Evènements Artistique Eli Jiménez Le Parc

Expositions personnelles et/ou collectives, participation à des salons et foires d’art contemporain, performances, installations… Eli Jiménez Le Parc est présente dans de nombreux événements.

Biennale de Cachan 2021

Eli Jiménez Le Parc

Installation “Le cœur qui respire

Le  visiteur  se trouve en présence d’une installation aérienne. Il s’agit d’une sphère suspendue dans l’air constitué d’une structure métallique sur laquelle sont tissées des facettes réfléchissantes. Cette sphère —qui matérialise le monde terrestre— est placée de telle sorte qu’un jeu de lumière projette son ombre dans un angle et créée ainsi l’illusion d’un cœur —qui représente le monde spirituel et immatériel. En modifiant ainsi la perception de la forme originale, j’introduis une nouvelle dimension de l’attention porté à l’objet regardé, une nouvelle façon de regarder le monde, plus humaine, plus sensorielle. Cette sensorialité est accentuée par un capteur qui modifie le rythme de la pulsation lumineuse projetant l’ombre.

 

Découvrir

 

Nuit Blanche 2020 

Parc Raspail Cachan – 2020

Art Paris Grand Palais 2020 

La Galerie Wagner a présenté un accrochage collectif avec pour thématique « Formes et couleurs »

Découvrir

Installation Volantis 2020

Rue Guichard – Cachan

Cette installation est non seulement une œuvre esthétique, mais aussi une création spirituelle, puisqu’elle symbolise une évolution vers la paix et l’amour, tout en diffusant de bonnes énergies à toute personne qui passe en dessous.

 

Journées de Patrimoine L’Orangerie Cachan 2020

 

IN / OFF 2020

Exposition collective

Galerie Wagner Paris 6

 

« MANDALA » 2018

Découvrir

CERCLES 2020

Exposition collective

Galerie Wagner Paris 6

 

Découvrir
météorite eli jiménez le parc

 Salon Réalités Nouvelles 2019

Parc Floral de Paris

Découvrir
météorite web2 eli jiménez le parc

Exposition 4 Eléments

L’Orangerie, Cachan  2019

installation nuage web eli jiménéz le parc
installation coeur web eli jiménez le parc

Art et Mathématique 2

Galerie Abstract Project – Paris, 2019

Ce « Talisman à l’infini » est un objet créé à partir de la géométrie sacrée et du tissage des matériaux. Il y a une intention d’incantation derrière la création, pénétrant dans l’espace-temps d’une quatrième dimension, à travers l’observation méditative de l’œuvre, vers la recherche de l’infini. La démarche artistique fondée sur des principes liant l’art et la géométrie relie les sciences mathématiques et spirituelles.

Découvrir

Biennale de Gentilly 2019

A l’occasion de la 3e édition de la Biennale de Gentilly — exposition d’art contemporain  organisé dans un collège désaffecté datant des années 1930 par un jury issu du monde des arts — Eli Jimenez Le Parc a présenté une structure textile. Les artistes représentant des courants et techniques variés sont invités à s’installer durant deux semaines dans des espaces vastes et atypiques : salles de classe, couloirs, escaliers, réfectoire… Ils s’approprient les lieux, les transforment, leur donnent une nouvelle vie le temps de l’exposition. 

biennale gentilly web eli jiménez le parc

Performance Participative Talisman-Mémoire by Eli Jiménez Le Parc

Les soirées Museum Live Centre Pompidou Paris 2019

TALISMAN – MEMOIRE  

  Les mandalas, attrapes rêves, talismans sont des objets sacrés, créés par l’homme. On leur attribue des vertus de protection ou de pouvoir éloignant les mauvais songes. Ce sont de véritables supports pour la méditation, consistant à s’orienter vers un monde meilleur.

« Exposition Semana de Panamá » Unesco, Paris 2018

Tapis de mola

Titre : OME

Réalisation : Taller de Molas Kikardiryai  – San Blas – Panamá

Année : 1993

Dimensions : 87 x 154 cm 

Technique : appliquée inverse (technique mola)

unesco-eli-jiménez-le-parc-web2
rosa de los vientos biennale de cachan 2018 web1

Trajectoires et déplacements

Biennale d’Art Contemporaine de Cachan

2018 

 Titre: « LA ROSA DE LOS VIENTOS » (55 x 55 cm)

A travers cette œuvre, il est question du déplacement des émigrants, de leur survie qui s’effectue dans l’espoir de leurs destinations. La rose des vents — utilisée pour donner la direction du vent en navigation maritime — indique les points cardinaux, et tous les repères essentiels pour s’orienter d’un point à l’autre des déplacements. Que se passe t-il lorsque la notion de survie de populations en péril est un non-retour ? une voie sans issue ? Par un jeu de calques, le volume indique que les tracés des repères d’orientation se confondent, se renvoyant les uns aux autres. Tel est le constat de ce que vivent ceux qui, portés par l’espoir d’arriver, seront parfois confronté à un échec.

 

 

borderline miniartextile 2018 web1 eli jiménez le parc

Miniartextil Borderline

Exposition internationale d’art textile contemporain,

Montrouge – Paris, 2018

Titre: «Sin Fronteras»

En réponse au thème «Borderline», cette œuvre d’art textile cherche à défaire ce qui nous sépare. C’est une représentation du mur dans son essence — qui sépare les États-Unis du Mexique. Eli Jiménez Le Parc interroge la violence de la frontière, avec l’utilisation du tissu : un symbole de ce qui nous unit, des relations et de ce qui a lié les terres à travers l’histoire.

Titre: «Sin Fronteras»

borderline miniartextile 2018 web2 eli jiménez le parc

Installation d’Art Constellation des Talismans 2018 

Exposition à L’Artothèque La Plaine – Cachan 2018.

Affiche Eli Le Parc 2018

A travers cette exposition conçue comme un parcours visuel puisant son inspiration dans l’art talismanique et l’abstraction géométrique, l’artiste construit sa Constellation des Talismans. L’exposition est construite comme un chemin conduisant à développer l’imaginaire de l’observateur en créant un lien.

Pourquoi ne pas imaginer un ciel diurne rempli de constellations nous faisant rêver ?

installation d'art constellation de talisman web1 eli jiménez le parc
installation d'art constellation de talisman web2 eli jiménez le parc
installation d'art constellation de talisman web3 eli jiménez le parc

Installation d’Art Les Liens 2017

L’Orangerie de Cachan 

A travers l’exposition « Les liens », conçue comme un parcours visuel et sonore, Eli Jiménez Le Parc explore plusieurs courants religieux et spirituels. Le mandala, véritable leitmotiv dans son travail, est un terme sanskrit signifiant « cercle », sphère, communauté et tire son origine des traditions hindouistes et bouddhistes. Puisant son inspiration dans l’art talismanique et l’abstraction géométrique, l’artiste reprend la symbolique des chakras, qui déterminent plusieurs états de conscience. L’attrape rêve, instrument de pouvoir chamanique dans les rituels amérindiens, agit comme un filtre éloignant les mauvais songes. Ainsi, l’exposition est construite comme un chemin conduisant à l’élévation spirituelle, à une reconnexion avec un Tout, dont l’artiste est le guide.
La pratique textile est inextricablement liée à la mythologie antique dont les histoires de fileuses, de tisseuses nous sont comptées et font écho à la création contemporaine. Les exemples d’artistes pratiquant cet art sont nombreux : Anni Albers, Sheila Hicks, Chiharu Chiota, ou encore Christian Boltanski. Réalisés en sable (Job Koelewijn, Nursery piece), ou grâce aux technologies numériques (Loris Gréaud), le mandala apparaît régulièrement dans les pratiques artistiques contemporaines. Eli Jiménez Le Parc construit ses œuvres selon une déclinaison de la technique du macramé, en se plaçant au centre de ses cercles, puis tournant sur elle-même en tissant, en une mise en abyme de la circularité. Représentations symboliques des énergies et du fonctionnement de l’univers en lien avec notre psychisme, les mandalas sont des supports de méditation que l’artiste considère comme des offrandes aux spectateurs. Ainsi, à l’instar de Kandinsky qui, dans son ouvrage “Du Spirituel dans l’Art et dans la peinture en particulier” affirmait que les couleurs sont la manifestation des souvenirs, le travail d’Eli Jimenez Le Parc pousse à l’introspection et réveille nos sens.

« Les Liens »

Dans cette exposition, l’artiste présente de nouvelles pièces qui sont autant de représentations du sacré. Il s’agit, par cette œuvre occupant l’espace dans sa globalité, de donner à voir et expérimenter les principaux chakras, points précis du corps par lesquels les échanges énergétiques ont lieu. Les œuvres sont disposées de manière à ce que le spectateur puisse déambuler au rythme des énergies des différents chakras, de visions kaléidoscopiques qui le plongeront, à l’instar d’André Gide, dans un « ravissement indicible ». Ces dernières trouvent un écho dans les pièces géométriques – les talismans – accrochés au mur. Le visiteur sera amené à prendre des photos des sculptures textiles grâce à un polaroïd. Ainsi, au fil du temps, les multiples interprétations de l’exposition viendront alimenter un mur photographique, archive constituée de visions « en acte ». Le deuxième espace, plongé dans l’obscurité, présente une rosace lumineuse symbolisant un état supérieur de conscience.
Ses volumes textiles sont également des cartographies : cartographies intérieures et « liens » avec son pays d’origine, le Panama, ainsi qu’avec les autres parties du monde où elle a pu vivre. L’exposition est donc autobiographique : par un processus de création qui se veut méditatif et répétitif, elle tente de réduire ce lien qui la rattache à une ancienne vie.
Y a-t-il du spirituel dans l’art et quelle place occupe cette spiritualité dans nos vies ? Un colloque organisé à Paris en 2003, puis un autre à Strasbourg en 2011 tentaient de répondre à la question. En 2008, l’exposition “Traces du sacré” au Centre Pompidou, retraçait l’évolution du concept dans l’histoire de l’art. Mais la définition du « sacré » n’est-elle pas en train de changer en ce 21ème siècle ? Dans sa thèse à propos des arts textiles contemporains, Julie Crenn écrit « Le lien textile traduit un retour à des idées collectives, un retour à l’humain dans toute sa diversité et toutes ses différences. Le lien textile est inspirant, poétique, esthétique, politique et social. Il ne connaît pas les frontières, à l’image des vêtements que nous portons et qui nous accompagnent dans nos déplacements. Le lien textile implique la mouvance et l’histoire du monde. Lorsqu’un artiste crée une œuvre à partir du matériau textile, il a conscience de la portée des tissus qu’il choisit ou qu’il fabrique en respectant les codes d’une technique spécifique. ».
Cette affirmation est d’autant plus valable aujourd’hui. Les œuvres d’Eli Jiménez Le Parc, faites de liens et de nœuds textiles rhizomiques, interrogent notre rapport au réel. A l’ère du numérique, nous sommes tous « liés » : mais ces liens sont irréels, imaginés : ils structurent nos existences de manière artificielle. Ecriture sociale et politique, le tissu dresse un constat à propos de notre manière d’être au monde.

Coline Blot

 

13ème Exposition International d’art textile contemporain – Miniartextil 2017

Tisser les rêves 

Le Beffroi – Montrouge – Paris

Venice Museo di Palazzo Moncenigo

Une exposition à l’initiative de l’association italienne Arte&Arte

Embarquez dans un voyage onirique avec la nouvelle édition de l’exposition internationale MINIARTEXTIL sur le thème « Tisser les rêves » ! Présentée à Montrouge du 22 février au 19 mars 2017, l’exposition invite le public —, au travers de plus de soixante œuvres, mini-textiles et installations monumentales — à une exploration de nos rêves. Les œuvres sont installées au cœur du prestigieux Beffroi, haut-lieu de l’art contemporain où se tient également le Salon de Montrouge. Désormais incontournable dans le calendrier des amateurs d’art textile, l’exposition Miniartextil venue de Côme en Italie explore chaque année la fibre créative d’artistes sélectionnés dans le monde entier ! Pour cette 13e édition à Montrouge, le parcours « hors-les-murs » se déploie à la Cité Internationale Universitaire de Paris. Un panorama de l’art textile contemporain à découvrir cette année sous le signe du rêve !

 

 

exposition tisser les reves 2017 web1 eli jiménez le parc
exposition tisser les reves 2017 web2 eli jiménez le parc
installation volantis nuit blanche off 2016 web1 eli jiménez le parc

Nuit Blanche OFF 2016

Installation *VOLANTIS* 

Eli Jiménez Le Parc Paris

La lumière et ses énergies sont les principales sources d’inspiration d’Eli Jiménez Le Parc. L’installation *Volantis* est composée de plusieurs éléments circulaires et lumineux. L’ensemble est disposé telle une constellation, en partant de l’idée de libre circulation dans l’espace, pour parvenir à une expérience cosmique consistant à regarder au loin, sans limites de pensée. 

Pendant la nuit, des énergies émanent de cette installation. En effet, la lumière reflétée dans l’espace nous invite à la réflexion et à la méditation. L’installation Volantis fascine grâce au pouvoir d’attraction du fractal qui tourne à l’infini et au mystère de la lumière et de l’énergie.

installation volantis nuit blanche off 2016 web3c
installation tente miroir 2 eli jiménez le parc

BIENNALE DE CACHAN 2014

Installation *TENTE MIROIR*

215 x 210 x 150 cm

 

 

installation tente miroir 3 eli jiménez le parc

PARCOURS D’ART CONTEMPORAIN BERINAK 2015

Les vitrines III Senpere St Pee sur Nivelles

Installation d’Art Orion 

installation orion 1 eli jiménez le parc
installation orion 2 eli jiménez le parc
installation orion 3 eli jiménez le parc
installation raimbow eli jiménez le parc

INSTALLATION DREAMCATCHER RAINBOW & PERFORMANCE

15th International Women’s festival 2015, Grèce

performance raimbow eli jiménez le parc
installation biennale de cachan eli jiménez le parc

BIENNALE DE CACHAN 2016

Pour cette biennale, Eli Jiménez Le Par établit un rapport entre son œuvre et le centenaire de la publication de la théorie de la relativité universelle d’Einstein. Il y a 100 ans, Einstein bouleversait notre perception du temps et de l’espace en inspirant de nombreux esprits créateurs. Eli Jiménez Le Parc trouve dans les expérimentations du savant la matière de ses interrogations plastiques. Comme Einstein, Eli Jiménez Le Parc interroge le rapport espace/ temps.

Son œuvre intitulé E=op2 signifie que l’Energie est égale à l’optique de l’art au carré. Dans cette œuvre se mêlent différents concepts sur la théorie d’Einstein qui sont ses sources d’inspiration comme la courbure, la pensée de l’espace comme tissu élastique, les forces et les énergies.  Dans sa recherche artistique, Eli Jiménez Le Parc porte un regard attentif à ce questionnement scientifique. Son intention dans cette œuvre est de créer une illusion optique dans la conscience, en libérant les archétypes traditionnels de l’art. Son œuvre n’est pas seulement une représentation visuelle ; elle est également une représentation des sens mettant à l’épreuve les catégories spatio-temporelles de la perception.